Cannes :  - 16/09/05 - Cannes
Dans ce pays-là, Madame,
Le soleil inonde de gouttelettes argentées
Les brumes matinales.

Dans ce pays-là,
Les petites indiennes de la communauté des Baré
Se baignent bruyamment dans les eaux fluviales

Amazone, Rio Negro, Solimoes, –––Tapajos
Les fleuves ici, sont un don des Dieux
Et racontent l’histoire de ce peuple mitigé.
Indiens du Nord, pourchassés ici comme ailleurs,
Portugais émigrés, africains héritiers de leur culture,
La terre d’ici a mélangé les couleurs,
Noir, brun, blanc, sous le soleil brûlant du Brésil.

Dans ce pays-là, Monsieur,
Les filles sont belles,
Elles dansent la samba,
Dès le soir venu
Elles ondulent à perdre haleine
Sur les rythmes africains

Ellen Fernex se passionne pour le Brésil
Est envoûtée par l’Amazonie
Elle nous invite à un voyage initiatique
Et nous aimons soudain ces divinités étranges
Venues de l’Afrique noire
Et enrobées de Christianisme.
Oxala, Xango, Exu,
La Pomba Gira,

Erotique dans sa rouge nudité,
Et la plus vénérée,
Iemanjà, déesse de la mer.
Assimilée à la Vierge Marie.

Les divinités auxquelles on offre
Alcools, fruits, fleurs
A la croisée des chemins
Dans le creux d’un arbre,
Au bord d’une source

Sur les plages de la mer
Dans ce pays-là,
Le mysticisme se pratique à l’air libre
Les sages initient les jeunes,
Provoquent les transes,
Et implorent pardon et bénédiction.
Ellen a saisi ces instants,
Moments de magie,
Des rites afro-brésiliens.

Beauté des lieux, richesse des cœurs,
Quand Ellen pose son objectif
Sur les routes du Brésil,
Elle ouvre des angles inouïs,
A qui aime le rire des enfants,
Le calme des rivières,
L’agitation des villes
La prière des innocents,
Les femmes fumant le cigare,
La tourmente des chutes d’eau,
La grandeur des espaces d’Amazonie,
La profondeur des silences des enfants meurtris,
La beauté du monde,
Sa diversité,
Brossés en 62 clichés
A l’espace Miramar.
Texte de Janny Lumeau

A propos de l’artiste
Lauréate de divers prix de photographie et de poésie, Ellen Fernex est diplômée de l’Ecole du Louvre et diplômée d’histoire de l’art Rachel Boyer de Paris. Ses études de musique au Conservatoire de Lausanne lui ont apporté la touche finale qui fera battre les cœurs et saisir les moments d’émotions à travers son objectif.
Chaque thème a une dimension universelle et celui de 2005 met en valeur l’année du Brésil en France. Belles vibrations hautes en couleurs de ce magnifique pays.
Elle est également membre du Comité Monégasque des Arts plastiques auprès de l’UNESCO et a présenté de nombreuses expositions en Europe et en Amérique latine.

A Cannes, le Brésil ; pourquoi ?
Ellen Fernex répond : « D’une part parce que, en cette année 2005, la France honore le Brésil, et que d’autre part j’aime profondément ce pays que j’ai parcouru à plusieurs reprises. Je l’aime en particulier parce que le Brésil, c’est plusieurs pays à la fois, une mosaïque de contrées diverses, une interpénétration de peuples (Indiens, Africains, Portugais, métis,…), de religions (candomblè - cultes afro-brésiliens -, animisme, catholicisme, protestantisme, sectes), de cultures. Je me suis attachée passionnément à l’Amazonie : son amalgame immense de forêt et d’eau, ses tribus indiennes, ses caboclos qui vivent isolés sur les bords du fleuve, sa faune, ses arbres gigantesques d’où pendent des lianes entrelacées, les reflets des troncs dans les eaux calmes des iguarapés, ses sous-bois de fougères arborescentes, la multiplicité des couleurs vertes, ses mystères, ses odeurs, son silence percé d’étranges cris d’oiseaux, sa beauté sauvage et grandiose. Impressions émotionnelles gravées au fond de moi-même »

Du 30 septembre au 09 novembre 2005.

Espace Miramar
Angle Croisette et rue Pasteur
T : 04 97 06 44 90 F : 04 97 06 45 31

Plus d'info : http://www.cannes.fr








▲ Revenir au début de la page



© All rights reserved Channel Riviera 2009-2013 
 Publicité - Annonceurs  /  Liens  /  Partenaires - accès  /  Conditions Générales  /  A propos  /  Contact