Fastes et Grandeur des Cours d’Europe au Grimaldi Forum  - 18/07/11 - Monaco

>  15 juillet  2011
>  Manal

 

Chaque été, le Grimaldi présente une exposition prestigieuse. En cette année du mariage du Prince Souverain, qui a rassemblé rois et princes d’Europe en Principauté de Monaco, il a paru opportun de rappeler la grandeur passée de certains monarques et les fastes qui les entouraient. L’exposition de cette année est donc consacrée aux ‘Fastes et Grandeur des Cours d’Europe’. Les commissaires de l’exposition, Catherine Arminjon et Patricia Bouchenot-Déchin, ainsi que Wilfried Zeiler pour la section Russie, l’ont récemment présentée à la presse.

 

L’exposition est, par nécessité, sélective : pour chaque cour, un souverain significatif a été choisi : ainsi, l’empereur Napoléon et sa première impératrice, Joséphine, pour la France, ou  l’empereur François-Joseph et l’impératrice Elisabeth, dite ‘Sissi’, pour l’Autriche, ou encore, la Reine Victoria et le prince-consort Albert pour la Grande-Bretagne. Mais elle est aussi exhaustive, puisqu’elle porte sur quelque 20 cours, dont quelques cours princières qui ont disparu dans les mouvements de l’histoire et des unifications nationales, comme les principautés  (Naples) et allemandes (Saxe).

 

Les maisons régnantes actuelles et les musées qui ont rassemblé les souvenirs de cours disparues se sont montré très coopératifs et ont bien voulu permettre l’exposition d’objets exceptionnels, dont bon nombre n’étaient jamais sorti du pays d’origine à cause de leur valeur historique et /ou sentimentale.

 

Toutes ces pièces sont remarquablement mises en valeur par la scénographie imaginée par François Payet : l’accès entre une double haie de mannequins en livrée, une vaste salle ovale (pas de préséance) où s’ouvrent 20 arches chacune surmontée du nom du pays concerné, et derrière chaque porte, quelques salles intimes où les objets sont présentés dans un décor adapté. Ainsi, par exemple, les souvenirs napoléoniens sont disposés ‘en situation’ devant un panoramique d’un salon du château de la Malmaison, les ‘memorabilia’ de Gustave III de Suède, prince amateur de théâtre, sont installés sur une scène, et les vitrines présentant les objets relatifs à la jeune monarchie norvégienne sont positionnées sur un modèle de drakkar en bois précieux.

 

Une énumération détaillée des expositions nationales risque d’être fastidieuse, mais il faut pourtant passer en revue quelques uns des objets particulièrement exceptionnels qui sont exposés.
couronne puce  La section portugaise présente une rare sélection de vaisselle d’argent française, un luxe qui a généralement ‘fondu’ dans la plupart des pays.

couronne puce La section espagnole exhibe portraits, tapisseries et porcelaines.

couronne puce La section française, déjà mentionnée, présente des parures et bijoux de l’Impératrice Joséphine, ainsi que le rare service ‘égyptien’ de porcelaine de Sèvres.

couronne puce La section britannique évoque la jeunesse de la reine Victoria, avec des tableaux de Winterhalter et des souvenirs de sa visite à Louis-Philippe.

couronne puce Le Luxembourg a envoyé le grand diadème de la grande-duchesse, la Belgique le portrait de son premier roi, Léopold 1er, oncle de Victoria, et la maquette d’époque du premier train continental, les Pays-Bas ont exposé des souvenirs de la reine Wilhelmine, le Danemark a évoqué le roi Christian IV la Norvège a envoyé les costume du couronnement (en 1905) de son premier roi.

couronne puce La section suédoise présente une table avec le ‘grand couvert’ et les souvenirs théâtraux de Gustave III.

couronne puce La section russe évoque Alexandre II, le grand réformateur, avec la juxtaposition émouvante de son portrait en uniforme de hussard de la Garde Impériale et de l’uniforme en question, et des meubles rares en bronze et lapis-lazuli. Elle rappelle aussi l’arrivée des Russes sur la Côte d’Azur, avec une présentation de robes et toilettes de la fin du XIXème siècle.

couronne puce Le roi de Pologne, Jean Sobieski, a vaincu les Turcs devant Vienne en 1683 : une tente turque capturée à cette occasion en rappelle le souvenir.

couronne puce La Prusse, principauté devenue royaume, expose plusieurs objets symboliques de ce statut : un cabinet de rares porcelaine chinoises, ainsi que des objets en ambre, l’or de la Baltique, cadeaux que Frédéric II envoyait à ses contemporains.

couronne puceLe fastueux souverain de Saxe, Auguste le Fort, fut si impressionné par sa visite à Versailles qu’il voulut émuler le Roi Soleil : parmi ses souvenirs, une table de son mobilier d’argent, des porcelaines de Meissen, et surtout, quelques uns de ses exceptionnels et somptueux bijoux et parures.

couronne puce Les dernières évocations portent sur la Bavière des Wittelsbach (Louis 1er et le sulfureux Louis II) ; l’Autriche des Habsbourg (François-Joseph et ‘Sissi’) ; les fastueux Esterhàzy, puissants magnats de Hongrie et protecteurs de Haydn ; Naples et les Bourbon ; Turin et les Savoie, devenus rois de Piémont, puis d’Italie.

couronne puce Enfin, la dernière section est consacrée à Monaco et à l’œuvre du prince Charles III, créateur de Monte-Carlo.

 

Voilà une exposition remarquable, qui fait (re)découvrir l’histoire européenne dans sa riche diversité.

 

> Jusqu’au 11 septembre 2011


Grimaldi Forum

10 avenue Princesse Grace

MC 98 000 Monaco

T +377 99 99 2502

 

Ecrire à l'auteur

© Photos Paule Elliott
© Channel Riviera 2011. Droits de reproduction et de diffusion réservés.








▲ Revenir au début de la page



© All rights reserved Channel Riviera 2009-2013 
 Publicité - Annonceurs  /  Liens  /  Partenaires - accès  /  Conditions Générales  /  A propos  /  Contact