OPMC : Bringuier en apothéose  - 25/09/12 - Monaco

>25 septembre 2012
>Manal

 

 

 

Pour le deuxième concert de la saison 23012-2013, l’Orchestre Philharmonique de Monte-Carlo était placé sous la direction de Lionel Bringuier, le jeune chef prodige originaire de Nice, qui mène dorénavant une carrière internationale brillante. Agé de 26 ans, il est depuis 5 ans chef assistant, puis chef résident du Los Angeles Philharmonic Orchestra, tout en continuant à diriger d’autres formations en France (Philharmonique de Radio France) et à l’étranger (Orquesta Sinfónica de Castilla y León, dont il était directeur musical, Sächsiche Staatskapelle Dresden, Helsinki Philharmonic, et beaucoup d’autres).

 

Le jeune chef s’est montré tout à fait à la hauteur de sa réputation en dirigeant d’abord avec fougue les ‘Danses de Galánta’, du compositeur hongrois Zoltán Kodály. Ce dernier s’est fortement inspiré dans cette œuvre de la musique des orchestres tziganes de sa jeunesse, tant dans les mélodies que dans le jeu des violons à la ‘bravura’, rapide, presque frénétique. Ce  poème symphonique séduisant, à la limite de la musique folklorique, a été ‘enlevé’ avec maestria par un orchestre survolté pour le plus grand plaisir, et même l’enthousiasme, des spectateurs.

 

Une deuxième œuvre fort connue, le ‘Concerto pour violon et orchestre en ré majeur’, de Johannes Brahms, a été interprétée de façon tout aussi exceptionnelle : Lionel Bringuier a mené l’orchestre en symbiose avec le soliste, Leonidas Kavakos, un violoniste grec de 35 ans, dont la virtuosité, la finesse, la sensibilité font merveille. Son talent pour distiller et détacher chaque note en variant le tempo est tout simplement époustouflant. Son dialogue avec le hautbois dans l’adagio est une merveille. Son jeu à la tzigane dans l’allegro final est un feu d’artifice. Ce remarquable soliste a eu droit à une longue ovation tant des musiciens de l’orchestre que du public. Les nombreux rappels ont été récompensés de deux bis épatants de virtuosité efficace et brillante. Un grand moment !

 

Enfin, le chef et l’orchestre ont donné une bouleversante et dynamique interprétation de la Symphonie n° 7 en la majeur, de Ludwig van Beethoven. La lente et longue introduction et ses subtils changements de ton. Le sublime ‘allegretto’ et ses lentes pulsions de bois et de cors, auxquelles répondent les violoncelles et altos, qui montent vers un crescendo lancinant. Le ‘presto’ léger et brillant et le dernier mouvement ‘allegro con brio’ ont été exécutés sur un tempo allègre et vivace, une étonnante démonstration de virtuosité orchestrale, dans laquelle ont brillé clarinettes, bassons, cors et flutes.

 

Le public (et l’orchestre) a fait un triomphe à ce jeune chef qui remplit déjà toutes ses promesses, même s’il a le temps devant lui. Une soirée exceptionnelle qui a laissé un sourire aux lèvres de tous les spectateurs !

 

OPMC (Orchestre Philharmonique de Monte-Carlo)

AOPMC-logo
AOPMC (Amis de l’Orchestre Philharmonique de Monte-Carlo)

CMB-logo puce
CMB (Compagnie Monégasque de Banque)

 

© Photos Lionel Bringuier

© Channel Riviera 2012. Droits de reproduction et diffusion réservés








▲ Revenir au début de la page



© All rights reserved Channel Riviera 2009-2013 
 Publicité - Annonceurs  /  Liens  /  Partenaires - accès  /  Conditions Générales  /  A propos  /  Contact