Orchestre Philharmonique Monte-Carlo : Concert du dimanche 17 février 2013  - 20/02/13 - Monaco

>20 février 2013

>Manal

 

 

Orchestre Philharmonique Monte-Carlo : Concert du dimanche 17 février 2013

 

Pour les mélomanes monégasques, le concert du dimanche soir est devenu un rite, une institution.

Les amateurs retrouvent ‘leur’ orchestre avec ‘leur’ chef pour une sélection de ‘tubes’ classiques, agrémentée à l’occasion de l’un ou l’autre morceau un peu moderniste.

La programmation du dimanche 17 février pouvait donc susciter une certaine perplexité.

Et du coup, la surprise a été de taille.

 

Première œuvre proposée, les ‘Variations symphoniques’ de Witold Lutoslawski. Il s’agit d’une œuvre de jeunesse de ce compositeur polonais. Le morceau, assez bref (quelque dix minutes), comporte des variations sur la couleur orchestrale, un travail influencé par Stravinsky, ainsi que par Szymanowski, son professeur au conservatoire. Une œuvre méconnue et plaisante.

 

La deuxième œuvre, plus connue, était le ‘Concerto pour piano et orchestre en la mineur, opus 54, de Robert Schumann. Cette œuvre difficile, mais pleine de poésie, s’est imposée comme un des grands concertos du répertoire. Un dialogue s’instaure naturellement entre le piano et l’orchestre. Le premier mouvement, en forme de sonate, comporte, en particulier, un thème mélodique d’une fluidité exceptionnelle. Le lyrisme des thèmes était particulièrement mis en lumière par la brillante pianiste argentine Ingrid Fliter. Cette charmante et vive soliste est réputée pour ses interprétations de Chopin, mais elle a démontré ses qualités et sa virtuosité dans les cadences rapides de Schumann, ainsi que dans un joli bis de Chopin.

 

En seconde partie de programme était proposée la ‘Suite n° 3 en sol majeur, opus 55,’ de Piotr Ilytch Tchaïkovsky. Cette œuvre constitue une recherche sur les variations mélodiques et orchestrales et une réussite exemplaire de la créativité du compositeur. Le premier mouvement offre de subtiles colorations mélodiques empreintes d’une grande sérénité. Le second mouvement comporte des évocations de chansons populaires russes dans un climat de tristesse. Le troisième mouvement crée un univers onirique et éthéré. Enfin, et surtout, le dernier mouvement, ‘Thème avec variations’ constitue un ensemble séduisant : ses douze variations très diverses se concluent par une Polka aux proportions symphoniques, un final grandiose et tonitruant.

 

Il faut surtout signaler la prestation époustouflante du chef russe Andrey Boreyko. Cet éminent musicien, une jeune et svelte quinquagénaire, mène une carrière très internationale : il a dirigé la plupart des grandes formations du monde. Il est actuellement Directeur Musical de l’Orchestre Symphonique de Düsseldorf ; mais aussi chef principal invité de l’Orchestre Symphonique d’Euskadi/San Sebastian et Directeur Musical de l’Orchestre National de Belgique.

 

Il a littéralement entraîné l’Orchestre Philharmonique de Monte-Carlo avec sa direction précise et sensible : les musiciens de l’Orchestre se sont joints au public pour lui faire un triomphe.

OPMC-Affiche 2012-2013--puce
Orchestre Philharmonique de Monte-Carlo

 AOPMC-logo
Amis de l’Orchestre Philharmonique de Monte-Carlo

 CMB-logo puce
Compagnie Monégasque de Banque

 

© Photos  OPMC - Wim Van Eesbeeck

© Channel Riviera 2013. Droits de diffusion et de reproduction réservés








▲ Revenir au début de la page



© All rights reserved Channel Riviera 2009-2013 
 Publicité - Annonceurs  /  Liens  /  Partenaires - accès  /  Conditions Générales  /  A propos  /  Contact