Ballets de Monte Carlo : ‘Casse Noisette Compagnie’ (Vidéo)  - 05/01/14 - Monaco

> 5 janvier 2014

> Manal

 

Ballets de Monte Carlo : ‘Casse Noisette Compagnie’ pour les 20 ans de Maillot.

 

Voilà vingt ans déjà que Jean-Christophe Maillot dirige les Ballets de Monte-Carlo, et que ses chorégraphies enthousiasment les publics, tant à Monaco que lors des tournées dans le monde. Cet anniversaire se devait d’être marqué par une nouvelle création. Et quelle création !

 

Il y a treize ans, à l’occasion du Jubilé du Prince Rainier, avait été présenté un ballet étonnant : dans le cadre et sur la piste du cirque de Fontvieille, la compagnie avait offert un ‘Casse Noisette Circus’ qui gardait l’intrigue du conte d’Hoffmann sur la musique de Tchaïkovski, mais dans une mise en scène surprenante, éblouissante, chatoyante, avec une chorégraphie, des costumes et des décors extraordinaires, un spectacle étonnant, qui n’avait donné lieu qu’à deux représentations. Un enregistrement filmé en avait heureusement gardé la mémoire, mais M. Maillot avait jusqu’ici refusé de reprendre cette œuvre.

 

Voilà qu’enfin revient la ‘Casse Noisette Compagnie’, et cette fois, le chorégraphe donne une interprétation très personnelle du conte de fée, qui se transforme en fantaisie féerique et folle.

 

On retrouve la petite Clara, qui rêve d’être danseuse, et son frère Fritz, qui devrait devenir danseur étoile. Car la maison bourgeoise un soir de réveillon est devenue une académie de danse, dont les parents des enfants sont les maîtres de ballet. Les danseurs enchaînent les solos et exercices de groupe dans un joyeux désordre apparent. Des clans se forment au sein de la compagnie et les rivalités se révèlent.

Casse Noisette devient Puck et est un gai lutin qui mène la danse, sautille, pirouette, déboule même en scène sur son Sedgeway magique.

Drosselmeyer, ami de la famille, est devenu une fée qui glisse en scène  sur son traineau de nuages et qui intervient pour résoudre les conflits et pour aider Clara à interpréter son rôle dans une nouvelle histoire, celle de Cendrillon mâtinée de Roméo et Juliette, jouée par la compagnie et un assortiment d’artistes loufoques.

 

 

Cette version nouvelle de l’histoire fait la part belle aux excellents interprètes de la compagnie, avec mentions spéciales pour Anjara Ballesteros, délicieuse en Clara, mais aussi pour Bernice Coppieters, souveraine en fée Drosselmeyer et pour Jeroen Verbruggen, excellent et virevoltant en Casse-Noisette Puck, et encore Mimoza Koike et Chris Roelandt, impérieux en maîtres de ballet. La compagnie tout entière participe à la féerie dans des mouvements d’ensemble réglés à la perfection et avec une joie et un enthousiasme communicatifs.

 

Les chatoyants costumes conçus par Philippe Guillotel contribuaient largement à l’attrait de l’ensemble.

Enfin, la musique de Tchaïkovski était brillamment interprétée par l’Orchestre Philharmonique de Monte-Carlo, sous la baguette de Nicolas Brochat.

 

Le final de cette folle et amusante version d’un ballet-féerie classique s’avère à la hauteur de cette interprétation innovante, avec des mortiers et canons déversant sur la scène et la salle confetti et rubans de papier en un éblouissant ‘feu’ d’artifice coloré. La salle a longuement ovationné debout la compagnie et son chorégraphe. 

BMC-puce
Les Ballets de Monte-Carlo

Monaco-un rôle à part-logo

© Photos Hans Gerritsen – Vidéo Monaco Channel
© Channel Riviera 2014. Droits de diffusion et de reproduction réservés








▲ Revenir au début de la page



© All rights reserved Channel Riviera 2009-2013 
 Publicité - Annonceurs  /  Liens  /  Partenaires - accès  /  Conditions Générales  /  A propos  /  Contact