Printemps des Arts : l’Orchestre de la RAI joue Scriabine  - 08/04/14 - Monaco

>8 avril 2014
>Manal

 

Printemps des Arts : l’Orchestre de la RAI joue Scriabine

 

Dans le Cadre du Festival du Printemps des Arts, l’Orchestre Symphonique National de la RAI s’est déplacé à Monaco pour un concert exceptionnel le vendredi 4 avril 2014.

 

Au programme, des œuvres d’Alexandre Scriabine, pianiste et compositeur russe de la fin du XIXème siècle, flamboyant symboliste et vaguement mystique, auquel le Printemps des Arts consacrait cette année un ‘Portrait’. Pour ce programme russe, l’Orchestre de la RAI était à cette occasion placé sous la direction d’un chef russe, Alexander Vedernikov, au style grandiose et emphatique.

 

La première œuvre, ‘Rêverie, opus 24’, est fort brève : travail de jeunesse, elle est néanmoins agréable et harmonieuse, mais laisse l’auditeur sur sa faim.

 

Le ‘Concerto pour piano et orchestre, opus 20’, qui suivait, était interprété par le soliste russe Alexei Volodin, brillant virtuose dont le jeu puissant et d’une perfection technique remarquable a fait merveille et ébloui les spectateurs. On peut seulement regretter que le son de l’orchestre, lancé à fond par son chef, ait trop souvent couvert les subtiles performances pianistiques de l’artiste. Quant à l’œuvre elle-même, fondée sur des inspirations diverses (Chopin, Schumann) et combinant les formes, elle semble hésiter au fil des passages, chercher une ligne directrice, un fil conducteur, laisse heureusement des semi-improvisations au soliste.

 

Enfin, la ‘Symphonie n° 3, dite ‘Divin poème’, op. 43, qui date des premières années du XXème siècle, clôturait le programme. Le compositeur, influencé par Liszt et par ses propres conceptions philosophiques, évoquerait un cheminement vers l’utopie. Les titres des mouvements sont symptomatiques : ‘Luttes’, puis ‘Voluptés’, enfin ‘Jeu divin’. Le chef Vedernikov s’est jeté avec enthousiasme dans cette œuvre, entraînant l’orchestre dans une interprétation éperdue. Quelques beaux thèmes triomphants, mais surtout une impression générale de tension et de retenue.

 

Si l’on osait une comparaison picturale, les œuvres de Scriabine font penser à un Puvis de Chavanne musical, joli, peaufiné, achevé, mais somme toute un peu mièvre.

 

A noter qu’en prélude, trois jeunes musiciens, Carmen Lefrançois au saxophone, Askar Ishangaliyev au violoncelle et Nathanaël Gouin au piano, ont interprété une œuvre brève et moderne, ‘L’œuf’, commande du Printemps des Arts, tandis que Charles Pennequin disait avec talent et sentiment un amusant poème de sa composition.


>Sur le même sujet

L'OPMC joue Haydn, Portrait n°3

Retrouvez le programme de la semaine 5 du Printemps des Arts de Monte-Carlo

 

© Photos Printemps des Arts

© Channel Riviera 2014. Droits de diffusion et de reproduction réservés








▲ Revenir au début de la page



© All rights reserved Channel Riviera 2009-2013 
 Publicité - Annonceurs  /  Liens  /  Partenaires - accès  /  Conditions Générales  /  A propos  /  Contact