Ballets de Monte-Carlo : les ‘Imprévus’ 2015  - 25/02/15 - Monaco

>24 février 2015
>Manal
 
Ballets de Monte-Carlo : les ‘Imprévus’ 2015
 
 
Les Ballets de Monte-Carlo ont à cœur d’entretenir des relations suivies et étroites avec tous ceux qui, à divers titres, s’intéressent particulièrement à leurs activités. C’est dans ce contexte que sont organisés des ‘Imprévus’ qui réunissent les Amis des Ballets, les mécènes et sponsors, les amateurs et aficionados dans le cadre chaleureux de l’Atelier, quartier général des Ballets.
 
Trois ‘Imprévus’ ont ainsi été présentés, du 11 au 13 février dernier, dans la grande salle modulaire de répétition, dorénavant équipée de gradins rétractables et de fauteuils confortables. Il s’agissait de célébrer, tout à la fois, le vingtième anniversaire de la refondation des Ballets et le quinzième anniversaire du partenariat qui les unit au Crédit Foncier de Monaco.
 
Monsieur Gilles Martinengo, directeur général de la banque, s’est félicité de la qualité et de la durée de cette association, qui contribue au renom de la Principauté et à la notoriété de son établissement.
 
Jean-Christophe Maillot, directeur des Ballets, a ensuite rappelé que ces manifestations contribuent à entretenir la relation avec les amateurs de ballets et à leur expliquer les évolutions des œuvres présentées.
En l’occurrence, il s’agissait d’une répétition du ballet ‘Cendrillon’, une chorégraphie de Maillot sur la musique de Serge Prokofiev créée en 1999 et reprise cette année avec de nouveaux interprètes. Car un corps de ballet est un être vivant dont les membres progressent, puis s’effacent au profit de jeunes camarades.
 
Le public a donc pu assister à la répétition des deux premiers actes du spectacle, avec, comme l’a précisé M. Maillot, ‘presque tous les costumes, presque tous les décors, presque tout, mais pas tout’. Mais surtout, avec une nouvelle distribution jeune et enthousiaste qui a fait merveille dans cette interprétation très personnelle du conte de fées. Ainsi est magnifié le rôle de la mère trop tôt disparue de l’héroïne, mais aussi celui de son père qui (re)découvre sa fille, tandis que la marâtre et les demi-sœurs sont ridicules à souhait et que le prince est insouciant, versatile et séduisant comme il convient. Il est toujours difficile, sinon dangereux, de reprendre des rôles auxquels sont étroitement associées les personnalités d’artistes qui ont contribué à leur diffusion. Le défi a été relevé avec talent et il semble bien que la nouvelle génération des danseurs comblera les spectateurs comme leurs aînés l’ont fait avant eux.
 
Ce somptueux spectacle a été suivi d’un plaisant cocktail dans les locaux de l’Atelier.

Ballets de Monte-Carlo
 
>>Sur le même sujet
‘Faust’ au Grimaldi Forum : au revoir à l’étoile

© Photos Alice Blangero
© Channel Riviera© 2015. Tous droits réservés








▲ Revenir au début de la page



© All rights reserved Channel Riviera 2009-2013 
 Publicité - Annonceurs  /  Liens  /  Partenaires - accès  /  Conditions Générales  /  A propos  /  Contact