Henri Manguin Jeanne sur le balcon de la villa Demiäre-1905  - 20/07/15 - Le Cannet

>20 juillet, 2015
>Frédéric Jaubert
 
Henri Manguin, un fauve chez Bonnard au Cannet
 
En ce jour où le musée Bonnard accueille sa quatrième exposition d’été avec le peintre Henri Manguin, « Un fauve  chez Bonnard », Le Cannet peut se targuer d’avoir reçu quelque  215 000 visiteurs depuis son ouverture, le 25 juin 2011.  La ville du Cannet se paye ainsi le luxe d’être classée en 2015 par le Magazine des Arts à la 36ème place, parmi les villes de 20 à 200 000 habitants, alors qu’Antibes avec son Musée Picasso est 27ème; dix places devant !
Une belle satisfaction pour Mme la Député-Maire du Cannet, Michèle Tabarot, qui a toujours défendu ce projet depuis  1983, alors qu’elle était déjà adjointe à la culture. Elue Maire en 1995, elle a su convaincre autour d’elle, et jusque dans les plus hautes sphères, pour mener à bien son projet de consacrer dans sa ville le premier musée au monde dédié à Pierre Bonnard.
Après avoir acheté en 1998 et fait rénover l’Hôtel Saint-Vianney qui jouxte l’Eglise Sainte Philomène et l’Hôtel de ville, Michèle Tabarot s’est attachée la protection de l’Etat en faisant classer le Musée Pierre Bonnard Musée de France. Mieux, en 2012, elle signe une convention de partenariat avec les musées d’Orsay et de l’Orangerie qui couronnera la renommée mondiale de son musée et lui ouvre grande les portes des collections à l’international.
 
Aujourd’hui, avec quarante mille entrées annuelles bon an mal an, fort d’une réputation de sérieux et de qualité, le Musée Bonnard est devenu une réalité prestigieuse pour le Cannet, une ville de 40 000 habitants, jusque là peu (re)connue…
La Villa Le Bosquet où le peintre Pierre Bonnard a vécu et travaillé de 1926 jusqu’aux dernières années de sa vie – il y est mort en 1947 - est désormais classée monument historique, tout comme le jardin.
La Ville du Cannet vient d’acquérir, grâce à un don de la fondation Meyer, une œuvre majeure de Bonnard « L’Amandier ». Cette œuvre se retrouve dans l’exposition d’Henri Manguin, aux côtés d’une autre œuvre de l'artiste intitulée « L’amandier en fleurs », datée de 1907 et réalisée dans la presqu’île de Saint -Tropez où Bonnard avait aussi ses habitudes avec Matisse, Derain, Signac, Camoin, Marquet et tant d’autres artistes que l’on a le plaisir de retrouver à l’Annonciade, le plus beau des petits musées de France.
 
Lors du vernissage, en présence d’une foule nombreuse, Michèle Tabarot s’est plu à rappeler que cette année, Orsay a consacré à Pierre Bonnard une rétrospective grandiose jusqu’en juillet 2015. Après quoi l’exposition partira pour Madrid et San Francisco, jusqu’au Printemps 2016; « Une occasion de faire rayonner le Musée Bonnard jusqu’au Etats Unis et s'attirer en France les visiteurs étrangers. »
 
A la question « Pourquoi Henri Manguin au Musée Bonnard ? » Véronique Serrano, conservateur en chef,  répond que cet artiste, l’un des principal acteur du fauvisme avec Matisse et Derain est aussi l’ami de Pierre Bonnard « avec lequel il partage une passion pour la nature, le paysage, la couleur et la figure dont sa femme Jeanne est un modèle de cœur ».
Son œuvre, comme celle de Bonnard, se caractérise « par une approche sensible de la peinture où la lumière est son axe principal » et se situe idéalement dans la ligne éditoriale de ce musée.
Après Le Cannet, Bonnard entre amis, le nu de Gauguin à Bonnard et les belles endormies, la conservatrice travaille déjà sur la prochaine exposition de 2016  intitulée «  Entre chiens et chats, le bestiaire de Bonnard ». 
 
Henri Manguin: Un fauve chez Bonnard
27 juin – 31 octobre
 
Musée Bonnard
14, boulevard Sadi-Carnot
06110 Le Cannet
+33 (0)4 93 94 06 06
 
©  Photos Musée Bonnard - Frédéric Jaubert
© Channel Riviera 2015. Droits de diffusion et de reproduction réservés








▲ Revenir au début de la page



© All rights reserved Channel Riviera 2009-2013 
 Publicité - Annonceurs  /  Liens  /  Partenaires - accès  /  Conditions Générales  /  A propos  /  Contact