L’Orféo de Monteverdi, l’apothéose pour un public émerveillé  - 20/02/17 - Cannes

>20 février 2017
>Paule Elliott
 
L’Orféo de Monteverdi, l’apothéose pour un public émerveillé
 
L’idée de programmer le dimanche 12 Février en l'Eglise Notre Dame de Bon Voyage le célèbre Orfeo en hommage au compositeur italien Claudio Monteverdi - dont nous fêtons le 450ème anniversaire de la naissance, 15 mai 1567 - a été largement récompensée par une très belle prestation de plus de 50 musiciens et chanteurs et par un public nombreux et comblé.
 
Cette œuvre lyrique porteuse d’enjeux politiques, puisqu’elle fut écrite telle une réponse de la Cour de Mantoue à la puissance culturelle des Médicis, fut une révélation pour les auditeurs qui probablement la découvraient pour la première fois. En effet, cet Orfeo n’est jamais programmé malgré tout l’intérêt qu’il suscite, ne serait-ce que parce qu’il est considéré comme l’élément déclencheur en écriture musicale qui a donné naissance à l’Opéra, en 1607. La présentation des cinq actes, faite avec beaucoup de soin pendant le concert par Dimitri Goldobine, professeur de musiques anciennes, a apporté au public la connaissance utile à la compréhension du livret et du déroulement de l’œuvre.
 
Sa programmation à Cannes ressort d’une décision collective prise au conservatoire de Cannes, d’une part par son directeur Alain Pavard qui la connaissait bien, il l’avait jouée lorsqu’il était étudiant au Conservatoire Supérieur de Paris, mais aussi d’autre part par l’intérêt manifesté de Dimitri Goldobine qui s’est considérablement investi dans ce projet, Patricia Fernandez, professeur de Chant Lyrique et Florence Daly, chef de chœur.
 
L’intérêt consistait à mettre en scène plusieurs classes du CRD sur un projet d’écriture baroque afin de permettre aux élèves de percevoir toutes les finesses d’interprétation propres à cette époque.
Nous avons pu noter aux côtés des jeunes élèves dans des sections instrumentales séparées la présence d’Alain Baldocchi, altiste et directeur adjoint, Jean-Pierre Guiron, professeur de trombone et Alain Loustalot, 1ère trompette.
 
Le travail collectif du Conservatoire à Rayonnement Départemental de Cannes a réuni un précieux orchestre à cordes, un admirable ensemble d’instruments anciens, un ensemble de cuivres rayonnant, un chœur et une quinzaine de solistes chanteurs investis.
Placé sous la direction affinée de Marie-Christine Forget pour l’ensemble des chanteurs et musiciens installé dans la nef et le transept de l’église, l’Opéra réalisé en version concert a néanmoins mis en relief les entrées et sorties des solistes chanteurs et du chœur. Alain Pavard, installé quant à lui sur le balcon Triforium, a dirigé la section cuivres et percussions avec la brillance attendue dans la Toccata du Prologue et autres Sinfonia.
 
Une église Notre Dame de Bon voyage pleine comme un œuf qui porte bien son nom car elle a fait faire ce jour-là à plus de 400 personnes, y compris les artistes, un merveilleux voyage dans le temps qu’ils n’oublieront pas. Concert à reprogrammer autant que possible.
Ville de Cannes
 
>>Sur le même sujet
Cordes russes & françaises
Cathédrale de Grasse : franc succès des élèves de l’orchestre à cordes « à vocation régionale ».CRD de Cannes: dix ans d’échanges internationaux, une démarche vers l’excellence, unique en France !
 
© Photos X
© Channel Riviera® 2017. Tous droits réservés
 








▲ Revenir au début de la page



© All rights reserved Channel Riviera 2009-2013 
 Publicité - Annonceurs  /  Liens  /  Partenaires - accès  /  Conditions Générales  /  A propos  /  Contact