Carmen à Anthéa et à l’Opéra de Nice: une ode à la liberté  - 22/04/17 - Antibes

>21 avril 2017
>Paule Elliott
 
Carmen à Anthéa et à l’Opéra de Nice: une ode à la liberté
 
La nouvelle création de Carmen, signée Daniel Benoin, coproduite par l’Opéra de Nice et par Anthéa, Antipolis Théâtre d’Antibes, a connu le plus grand succès des deux côtés du Var avec sept représentations en mars à Nice et les trois dernières, début avril, à Antibes.

Fondé sur une nouvelle de Prosper Mérimée, le livret de Meilhac et Halévy relate les mésaventures de Carmen (Aurore Ugolin), une gitane au sang chaud (la ‘Bohémienne’), employée à la manufacture de cigares de Séville. Mise au cachot après une bagarre par le brigadier Don José (Luc Robert), qui doit épouser la chaste Micaëla (Nathalie Manfrino). Carmen séduit son geôlier, qui la laisse s’évader. Il est alors puni et mis aux arrêts, mais déserte pour la rejoindre. Carmen, volage et vite lassée, répond aux avances du sémillant torero Escamillo (Jean-Kristof Bouton). Micaëla parvient à ramener Don José au chevet de sa mère mourante, mais ne peut empêcher une ultime confrontation entre les deux amants : l’issue en sera fatale.

En replaçant l’œuvre de Bizet dans son contexte historique, entre le 20 juillet et le 15 août 1936 à Séville, à la veille de la guerre civile espagnole, Daniel Benoin a donné un nouveau souffle à l’œuvre, l’une des plus jouées au monde. Ce souffle, dont aucun des artistes ne manquait, a été porté avec brio, par tous les intervenants. 
 
L’intensité de l’interprétation lyrique et les jeux de scène de la mezzano-soprano Aurore Ugelin paraient Carmen du plus beau des costumes, celui de la liberté ;  pari réussi pour Daniel Benoin qui en avait fait son arrière plan.
L’émotion était tout aussi palpable quand la soprano Nathalie Manfrino (Micaëla) interprète avec un talent exceptionnel son « j'ai beau faire la vaillante, au fond du cœur je meurs d'effroi », et ramène Don José au chevet de sa mère.
 
La brillante partition de Bizet était somptueusement interprétée par l’’Orchestre Philharmonique de Nice, les chœurs et les chœurs d’enfant de l’Opéra de Nice sous la baguette de Nicolas Krüger. Daniel Benoin a également signé la mise en scène et en lumière, tandis que les décors étaient l’œuvre de Jean-Pierre Laporte. Enfin, on notera un intéressant parti pris de Nathalie Bérard-Benoin et Françoise Raybaud, créatrices des costumes : d’abord sobres, sombres et adaptés au cadre historique de l’action, mais riches en ors et mantilles pour la scène finale et la mort des protagonistes : une estocade finale…
 
Anthéa, Antipolis Théâtre d’Antibes
Opéra de Nice
 
© Photos Dominique Jaussein – Paule Elliott
© Channel Riviera® 2017. Tous droits réservés








▲ Revenir au début de la page



© All rights reserved Channel Riviera 2009-2013 
 Publicité - Annonceurs  /  Liens  /  Partenaires - accès  /  Conditions Générales  /  A propos  /  Contact