Ballets de Monte-Carlo : L’été danse avec Sidi-Larbi Cherkaoui et Jeroen Verbruggen !  - 28/07/17 - Monaco

>28 juillet 2017
>Manal
 
Ballets de Monte-Carlo : L’été danse avec Sidi-Larbi Cherkaoui et Jeroen Verbruggen !
 
La troupe des Ballets de Monte-Carlo jouit d’une belle réputation internationale grâce à ses interprétations d’œuvres imaginées par son prolifique directeur, Jean-Christophe Maillot, ou de reprises d’œuvres classiques d’autres chorégraphes réputés, tels que Béjart ou Balanchine.
 
Sous l’impulsion de son directeur, elle s’intéresse aussi à des jeunes chorégraphes prometteurs ou déjà renommés. C’est le cas de Sidi Larbi Cherkaoui et de Jeroen Veqrbruggen, deux chorégraphes flamands, dont deux œuvres ont été créées par la compagnie en juillet 2017 dans le cadre prestigieux de la salle Garnier de Monaco.
 
L’association avec Cherkaoui est déjà ancienne : dès 2004, il a créé avec les Ballets de Monte-Carlo ‘In Memoriam’, suivi, en 2006, par ‘Mea Culpa’. Le dernier élément de cette trilogie, ‘Memento Mori’, était présenté cette année.
 
Sur ce thème sombre (‘Souviens-toi que tu vas mourir’), le chorégraphe compose une série de tableaux tout aussi désespérés, dansés par des interprètes vêtus de gris et de noir sur une scène peinte en noir et faiblement éclairée. Le thème sort renforcé de cette scénographie. Mais il est regrettable que les qualités techniques et artistiques des danseurs soient seulement ‘aperçues’ au fil des éclairs lumineux des mains et des dos nus, seuls traits de lumière sur une scène obscure. Une musique tout aussi désespérante, due à Woodkid, rythme ces évolutions. Le ballet est créé en coproduction avec le Ballet royal de Flandre.
 
La seconde création, ‘Massâcre’, de Jeroen Vergruggen, est d’un autre acabit. Le chorégraphe, qui a dansé à Monaco pendant dix ans, a imaginé une nouvelle chorégraphie sur une adaptation jazzy du ‘Sacre du Printemps’ d’Igor Stravinsky.
Il a choisi pour la création des costumes Charlie Le Mindu, artiste plasticien installé à Los Angeles : ses choix le portent vers un panaché de couleurs séduisantes, des formes sobres avec, à l’occasion, des touches ºn peu ‘trash’, et une prédilection pour les silhouettes.
Verbruggen a interprété en tant que danseur les chorégraphies de Nijinsky et Béjart : on constate que sa création est résolument innovante.
On retrouve le martèlement de la musique de Stravinsky, qui s’imbrique parfaitement dans le staccato des lumières et des couleurs, créant des ambiances surprenantes.
Des mouvements d’ensemble aux pas-de-deux, la séduction est constante et l’émerveillement permanent.
On espère que ce ballet restera au répertoire de la compagnie et permettra d’avoir le bonheur de le revoir.
 
Les Ballets de Monte-Carlo
 
© Photos Alice Blangero ; Marie-Laure Briane ; Manal
© Channel Riviera® 2017. Tous droits réservés








▲ Revenir au début de la page



© All rights reserved Channel Riviera 2009-2013 
 Publicité - Annonceurs  /  Liens  /  Partenaires - accès  /  Conditions Générales  /  A propos  /  Contact