Kevin Francis Gray expose à la Villa Santo Sospir, chez Cocteau  - 27/09/17 - St Jean Cap Ferrat
>26 septembre 2017
>Manal
 
Kevin Francis Gray expose à la Villa Santo Sospir, chez Cocteau
 
Nichée tout au bout de l’édénique Cap Ferrat et à deux pas de son phare, la Villa Santo Sospir est une maison de rêve, cachée dans les arbres de son jardin qui descend jusqu’à la mer par un escalier raide, et dont les terrasses offrent une vue unique et imprenable sur toute la baie des Anges, sur Nice et sur le Cap d’Antibes.
 
Pas même le ciel gris n’ôtait la splendeur du paysage qui s’offrait à nous le jour du vernissage.
C’est dans ce lieu idyllique que l’on peut visiter, sur rendez-vous, du 16 septembre au 31 octobre 2017, une exposition de sculptures de Kevin Francis Gray, un artiste irlandais réputé, travaillant à Londres et en Italie et cornaqué par la Pace Gallery de New-York, Londres, Paris et autres lieux. Les œuvres figuratives de Gray – personnage couché, bustes, têtes - sont taillées dans le marbre blanc de Carrare, mais y traduisent le travail de l’artiste sur la glaise : les marques de ses mains, de ses doigts et de ses outils créent l’illusion que la pierre est aussi malléable que l’argile. Ce travail de transposition de ses œuvres de la terre à la pierre est un concept tout à fait étonnant. Qui plus est, la disposition de ces sculptures d’un blanc éclatant sur fond de mer d’azur les met particulièrement en valeur.
 
Un balcon sur la mer Méditerranée, la maison tatouée par Jean Cocteau
Construite dans les années ‘30, la ville Santo Sospir, maison de vacances idéale, avait été achetée en 1949 par un couple fortuné, les Weisweiller, qui l’ont fait aménager et décorer par Madeleine Castaing. Ils y ont reçu tous leurs amis et connaissances du monde culturel et artistique, de Picasso à Buffet, de Stravinsky à Poulenc, de Dietrich à Delon, de Saint-Laurent à Truffaut. Ils ont aussi été des mécènes généreux et avisés.
 
Francine Weisweiller, qui s’était liée avec Jean Cocteau, avait financé son film ‘Les Enfants Terribles’ et l’a ensuite invité en 1950 à Santo Sospir. Trouvant les murs désespérément nus, Cocteau a proposé de les décorer : après une tête d’Apollon au dessus de la cheminée, il a peu à peu, au cours de ses nombreux séjours étalés sur treize ans, ‘tatoué’ les murs de la villa de peintures murales, de fines lignes noires rehaussées de touches de couleur reprenant ses thèmes favoris du monde de la Méditerranée et de l’Olympe.
 
La maison est désormais classée ‘monument historique’ et ‘patrimoine du XXème siècle’. Mais Francine Weisweiller est morte ruinée en 2003 : faute de moyens, l’ensemble s’est peu à peu dégradé et a dû être mis en vente.
 
La villa a heureusement été rachetée en 2016 par une famille russe, les Mélia, déjà implantée à Monaco et à Eze. Ilia Mélia, un promoteur d’immobilier haut de gamme, est pétri de culture française et a décidé une remise en état complète de la maison, ainsi que des fragiles œuvres de Cocteau. Après consultation des entreprises et des architectes officiels, les travaux devraient commencer l’an prochain et durer au moins une année. Des visites de la villa pourront ensuite encore avoir lieu, mais pour des groupes de dix personnes au plus et sur rendez-vous.
 
 
Villa Santo Sospir
14, avenue Jean Cocteau
06230  Saint-Jean-Cap-Ferrat
 
# Visites jusqu’au 31 octobre 2017
# Sur réservations au +33 (0)4 93 76 00 16 
 
# En savoir plus…
Kevin Francis Gray
Pace Gallery
 
© Photos Paule Elliott – Manal
© Channel Riviera® 2017. Tous droits réservés







▲ Revenir au début de la page



© All rights reserved Channel Riviera 2009-2013 
 Publicité - Annonceurs  /  Liens  /  Partenaires - accès  /  Conditions Générales  /  A propos  /  Contact